GMT94 YAMAHA CHAMPION DU MONDE EWC 2017

GMT94 YAMAHA CHAMPION DU MONDE EWC 2017

David CHECA, Niccolò CANEPA, Mike Di MEGLIO et Lucas MAHIAS ont mené la Yamaha R1 DUNLOP du GMT94 sur la plus haute marche du podium du championnat du monde d’endurance.
Après les 13 points marqués lors du Bol d’Or, la Yamaha R1 du GMT94 menée par David CHECA, Niccolò CANEPA et Lucas MAHIAS, devait combler un handicap de 47 points sur le leader du classement provisoire.
Lucas MAHIAS parti en championnat du monde Supersport comme pilote officiel Yamaha, c’est Mike Di MEGLIO qui devait le remplacer pour la suite du championnat.
Le nouveau trio composé de David CHECA, Niccolò CANEPA et Mike Di MEGLIO remportaient les 24 heures du Mans, puis les 8 heures d’Oschersleben et encore les 8 heures du Slovakia ring avant la finale du championnat du monde qui se déroulait au Japon. Le retard était alors comblé, un seul point séparant le GMT94 du leader provisoire. Il suffisait au GMT94 de devancer son rival pour emporter le titre. Ce fut chose faite lors de 8 heures de Suzuka. Le GMT94 Yamaha remportait ainsi le troisième titre mondial de son histoire. David CHECA et Niccolò CANEPA sont sacrés champions du monde 2017. Mike Di MEGLIO prend la troisième marche du podium. Il devient le premier pilote débutant de l’histoire de l’endurance à remporter les trois premières courses lors de ses trois premières participations.

Christophe Guyot : "Ce titre mondial est la consécration de l’énergie, de la détermination, et de l’engagement de toute une équipe, mécaniciens, pilotes, partenaires, qui n’ont pas baissé les bras après un Bol d’Or éprouvant au maigre butin en terme de points ramenés. La victoire aux 24 Heures du Mans restera le point d’orgue d’une saison réussie. Nous pouvons y associer le bonheur d’avoir remporté les 8 heures d’Oschersleben pour la troisième année consécutive et d’avoir gagné la première édition des 8 heures de Slovaquie. Ces deux épreuves sont de grandes courses, organisées avec brio et une passion immense pour l’endurance. Enfin Suzuka reste une course particulière. Être titré champion du monde face au constructeur Yamaha, vainqueur de l’épreuve à domicile, a été un moment fort pour notre équipe."

David Checa : "C’est mon troisième titre de champion du monde. Je les ai tous obtenus avec le GMT94 et Yamaha. Merci à cette équipe fantastique, à mes coéquipiers. La course a été très dure car l’enjeu était important. Il ne fallait pas commettre d’erreur et ne pas céder à la pression. Je suis vraiment heureux."

Niccolò Canepa : "Nous avons réalisé une saison incroyable. Même si nous avons remporté trois épreuves, nous avons vécu des moments difficiles. Mais nous n’avons jamais abandonné, nous avons tout donné et nous avons tout surmonté. C’est pour ça que nous sommes ici. Parce que nous n’abandonnons jamais. Que ce soit le team manager, les mécaniciens et mes coéquipiers. C’est ce que j’ai appris avec l’endurance et le GMT94. C’est pour ça que ce que je vis est incroyable."

Mike Di Meglio : "C’était une course fantastique. Toute la saison a été fantastique. Je voudrais remercier le GMT94 et Yamaha de m’avoir offert cette opportunité alors que je débutais en endurance. Vivement la saison prochaine ! "
Date : 30/07/2017 14:48

Article publié le 30 juillet 2017 sur le site gmt94.com :  Cliquez ici pour voir l'article

La préparation hivernale d’Étienne Masson

La préparation hivernale d’Étienne Masson

Entre course sur sable, dirt track et entrainement physique, Étienne Masson nous décrypte sa préparation avant d’attaquer une nouvelle saison en mondial d’endurance et en championnat de France Superbike. Et qu’on se le dise, le pilote Suzuki est affuté…

Article publié le 23 mars 2017 par moto revue :  Cliquez ici pour voir l'article

24 Heures Motos. La Yamaha du GMT 94 remporte la 40e édition

24 Heures Motos. La Yamaha du GMT 94 remporte la 40e édition

En prenant la tête dans les dernières heures de la course, la Yamaha GMT 94 remporte la 40e édition des 24 heures motos. La Yamaha du Yart et la Kawasaki SRC complètent le podium.

Alors que la Yamaha n°7 a longtemps mené les débats, la GMT 94 a su prendre le leadership au meilleur des moments, pour s’imposer après 860 tours de piste. L’écurie française n’avait plus remporté les 24 heures motos depuis 2005. Douze ans après cette derrière victoire sur le circuit Bugatti, seul David Checa fait toujours partie de l’équipage. Il est entouré cette année de Mike Di Meglio et Niccolo Canepa.

Alors qu’elle pensait avoir fait le plus dur, en dominant la course depuis la première heure de course, la Yamaha autrichienne a dû céder sa place à 11h08, lorsque Di Meglio a pris le meilleur sur Kohta Nozane. La Yamaha n°7 (Parkes/Fritz/Nozane) échouera à 19 secondes du vainqueur, et devra se contenter d’une deuxième place sur le podium.

Partie en pole position, avec un record de piste pour Randy De Puiniet, la Kawasaki SRC (De Puniet/Gines/Foret) finira finalement troisième, devant la Suzuki n°1 (Philippe/Masson/Cudlin).

En Superstock, la Tati Beaujolais s’impose (Buisson/Enjolras/ Denis).
Article paru dans Ouest-France le 16/04/2017

12 HEURES DE PORTIMAO : LA REVANCHE DES PERDANTS DU MANS ET UN FORMIDABLE FINIS

12 HEURES DE PORTIMAO : LA REVANCHE DES PERDANTS DU MANS ET UN FORMIDABLE FINIS

C’est un final digne du plus haletant des Grands Prix auquel nous avons eu droit dans la nuit noire de Portimao, quand après 12 heures de combat, la Yamaha n° 94 pilotée par David Checa et la Suzuki n°1 avec Etienne Masson au guidon se sont livrées un duel démentiel, conclu sur le fil par la victoire du premier pour 81 millièmes de seconde.

La victoire de Yamaha et le panache de Checa

Champion du monde 2014, vice-champion 2015 avec une victoire à Oschersleben, le GMT 94 de Christophe Guyot avait été l’équipage malheureux des 24 Heures Motos qui ouvraient le championnat du monde début avril 2016, abandonnant après trois chutes de Louis Rossi, remercié après l’épreuve. Pour rester dans la course de cette campagne 2016 qui ne compte que quatre épreuves (le Bol d’Or ouvrira en septembre le championnat 2017), la Yamaha officielle devait absolument faire un bon résultat à Portimao, théâtre de la deuxième épreuve de la saison avec une course de 12 Heures débutant à 10 h 30 pour s’achever à 22 h 30 (heures françaises). C’est chose faite avec une victoire somptueuse en Algarve acquise à la force du poignet par le pilote pilier du team, David Checa, emmenant avec lui Niccolo Canepa et Lucas Mahias sur la plus haute marche du podium. Après une course dominée par la Yamaha n°94 de la première à la 11e heure de course, le pilote espagnol a fait vivre à toute son équipe et aux téléspectateurs d’Eurosport et de L’Equipe 21 (les deux chaînes retransmettant l’épreuve) un final haletant en remontant sur la Suzuki du SERT dans les dernières minutes des 12 Heures, avant de se livrer à un duel épique avec Etienne Masson, qu’il a fini par remporter pour 81 millièmes de secondes. Le GMT 94, qui avait fait le plein des points intermédiaires après 8 heures de course, repart du Portugal avec 45 points et se relance donc dans la course au titre.

La stratégie du SERT presque payante

Quant à la Suzuki n°1 tenante du titre, elle repart de Portimao avec 38 points supplémentaire, à ajouter aux 21 unités acquises au Mans, où elle était remontée jusqu’à la 5e place après deux chutes. Sixième sur la grille de départ, le trio inchangé du SERT – composé de Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Etienne Masson – allait effectuer un début de course prudent amorcé, une fois n’est pas coutume, par Delhalle, pour s’installer solidement dans le trio de tête, échangeant la tête de la course avec la Yamaha n°94 au fil des ravitaillements. C’est d’ailleurs sur ce point que Dominique Méliand fondait sa stratégie dès le début de course, repoussant au maximum les retours au stands pour tenter d’effectuer un relais de moins que ses concurrents au final, avec un gain d’une quarantaine de secondes à la clé. Stratégie qui faillit s’avérer payante, puisqu’avec un ravitaillement de moins que la GMT (12 contre 13), le SERT s’était ménagé une marge d’une quinzaine de secondes en toute fin de course, pointant en tête à l’issue de la 11e heure de course alors que le GMT avait dominé chacun des pointages horaires. Mais c’était sans compter sur la hargne de David Checa, tentant le tout pour le tout à la tombée de la nuit, pour finir par fondre sur un Etienne Masson chargé de la lourde responsabilité de résister aux assauts du bouillant Espagnol. Ce qu’il fit avec brio, profitant de l’excellente vitesse de pointe de la Suzuki et sur des trajectoires au cordeau, pour échouer d’un rien à faire gagner la Suzuki n°1. La lutte fut épique et le SERT reste plus que jamais dans la course au titre, troisième à 1 point de la Kawasaki victorieuse au Mans et malheureuse à Portimao.

Abandons pour la moto de la pole et pour le recordman du tour

Article paru dans moto-journal.fr
PAR DAVID DUMAIN, LE 12/06/2016